Le Webzine Citoyen Non-Partisan et Participatif
Observer – Discuter – Agir

1

Démilitarisation de Bouaké : Partagés, nos internautes veulent des militaires mieux formés

12 janvier 2018 - 11:01

« Parole aux Citoyens » est une lucarne ouverte par Observateur Citoyen  pour permettre à nos milliers d'internautes de se prononcer sur un sujet d'actualité choisi par notre rédaction. Après quelques jours de débats sur les réseaux sociaux, nous vous proposons « Baromètre » qui a pour but de faire la synthèse de ces avis. Pour cette semaine, le débat a porté sur la situation militaire à Bouaké.

Par Abraham Kouassi

Comme plusieurs fois avant, la ville de Bouaké dans le centre de la Côte d’Ivoire a été secouée par des bruits de bottes. Cette fois-ci, des soldats de deux unités se sont affrontés à l’arme lourde pour des problèmes personnels a-t-on appris.

Le gouvernement pour sa part a décrit « une altercation ». Face à cette situation, nos internautes ont été interrogés sur l’hypothèse d’une démilitarisation de la deuxième ville du pays pour mettre fin à ces troubles.

« Etes-vous pour ou contre la démilitarisation de la ville de Bouaké ? ». Telle était libellé le sujet de Parole aux Citoyens. De façon générale, nos internautes se sont montrés partagés sur la question.

Si la majorité d’entre eux s’est montrée favorable à cette solution, nos internautes estiment qu’elle risque de ne pas être suffisante pour juguler ce problème. « Une chose est certaine, c'est que c'est ça la solution. Mais comment y parvenir face à des gens qui ont les armes dans leurs couchettes et champs en ayant à l’esprit qu'ils en auront besoin tôt ou tard pour aider tel ou tel leader ? », a commenté l’un de nos Facebook fans.

Dans le même ordre d’idée, un de nos internautes souligne qu’au-delà de la ville de Bouaké, ces soldats sont à extirper de l’armée ivoirienne. « Je pense pour ma part que cela n'y changera rien... Les mêmes s'en iront dans d'autres casernes, dans d'autres villes semer la chienlit...Il faut au préalable solder toutes les promesses à eux faites ensuite, rééduquer toute cette masse de blessés », propose-t-il.

L’importance de la formation

Dans leurs différentes et nombreuses interventions, nos internautes ont tous relevé un point important : le manque de formation au sein de l’armée ivoirienne. Constituée de plusieurs ex-rebelles intégrés au sein des forces légales à l’issue de la crise, l’armée nationale doit être profondément réformée selon eux.

« Il faut les ramener à l'école militaire pour apprendre plus la discipline au lieu de les affecter ailleurs ils auront toujours le même comportement, » assure un de nos observateurs.

« Le problème c'est que la majeure partie des militaires qui s'y trouvent sont des ex rebelles, qui ne sont ni disciplinés, ni instruits, par conséquent ils réagiront toujours avec la seule chose qu'ils connaissent : la violence », a déploré un autre de nos fans.

Merci  pour votre participation toujours plus importante, chers internautes. A la semaine prochaine pour un nouveau baromètre. Ensemble nous prendrons le pouls de l’actualité nationale.

Réagissez à cet article

Commentaires

Pour moi,ces soldats se disent être au dessus de la loi ce pourquoi ils agissent de la sorte mais sachons une chose l'armée ivoirienne est pleine des personnes étrangères qui connaissent même pas la loi régalienne tout ce qui compte pour eux c'est l'argent ou rien.En Cote d'Ivoire,on connais même pas un Faci(soldat) démobilisé et un un vrai Faci(soldat).