s’informer, discuter, se réconcilier

22

Le témoin accuse la communauté internationale d'avoir tué des innocents

21 novembre 2016 - 19:11

La défense de Laurent Gbagbo a commencé à interroger le témoin ce lundi 21 novembre à la Cour pénale internationale. « Junior Gbagbo », ancien combattant libérien, a raconté les bombardements contre la résidence présidentielle en avril 2011, accusant la communauté internationale d'avoir tué de nombreux innocents. 

Par Camille Dubruelh

Point par point, la  défense de Laurent Gbagbo est revenue sur les déclarations du témoin faites la semaine dernière devant la Cour. Jérôme Tarlue Junior, ancien combattant des forces libériennes Lima, a de nouveau raconté toute son histoire, de sa fuite vers la Côte d'Ivoire en 1990 à la crise postélectorale de 2011. Andreas O'Shea, l'un des avocats de l'accusé, a interrogé le témoin sur les forces en présence lors de la guerre au Libéria puis lors du conflit ivoirien de 2002. L'ex-combattant n'en a pas dit beaucoup plus mais a donné quelques informations sur la rébellion qu'il combattait aux côtés des forces régulières ivoiriennes dans l'ouest du pays. Le témoin a notamment évoqué les chefs rebelles, dont Sam Bockari, surnommé « Mosquito » et décrit les combats contre des ennemis lourdement armés et nombreux, assistés par des forces extérieures, notamment  des combattants burkinabé. 

Crise de confiance au sein des armées

Les questions ont finalement portées sur la crise postélectorale de 2010-2011, lors de laquelle le témoin résidait à Abidjan. Une nouvelle fois, « Junior Gbagbo » a expliqué comment il avait rejoint la résidence présidentielle, environ quatre mois avant l'arrestation de Laurent Gbagbo. « C'est Dieu qui nous a sauvé pour arriver à la résidence », a-t-il déclaré. Assurant la Cour de sa fidélité envers l'ancien président, l'ex-combattant a ensuite évoqué la crise de confiance au sein même des forces armées à cette période, expliquant qu'« on ne savait pas à qui faire confiance ». Le témoin a notamment insisté sur le rôle trouble de Séka Séka, le garde du corps de Simone Gbagbo, sous les ordres duquel auraient travaillé les combattants libériens à l'époque.

Séka Séka les auraient ainsi conduit dans une mission périlleuse, au niveau de Petroci, où les Libériens ont été violemment attaqués. « Il nous a quitté, je n'arrivais pas à le joindre. Nous avons perdu cinq hommes, j'étais très fâché », a avoué « Junior Gbagbo », expliquant qu'il ne « faisait pas confiance » à Séka Séka. « C'est grâce à des personnes comme nous que le président est toujours en vie », a répété à plusieurs reprises le témoin, insistant sur « le courage » et « la fidélité » sans faille des combattants libériens envers Laurent Gbagbo. 

À lire aussi --> « Nous aimons Gbagbo » assure le témoin

La communauté internationale, partie prenante de la crise post-électorale

Jérôme Tarlue Junior a ensuite raconté comment l'ancien président avait été isolé lors de la crise postélectorale, ses communications destinées à la population étant interceptées et bloquées par la communauté internationale. « Tout ce qu'il disait de bon, personne ne pouvait l'entendre », a déploré « Junior Gbagbo », précisant que les messages d'Alassane Ouattara étaient par contre relayés à la radio. 

Visiblement remonté, le témoin en a ensuite profité pour se livrer à une violente diatribe contre la communauté internationale, dénonçant les abus auxquels s'étaient livrés « les Blancs » lors de cette crise. « Junior Gbagbo » a notamment parlé des Snipers et des bombardements intensifs sur la résidence avant l'arrestation de l'ancien président. Selon ses dires, cinq hélicoptères des forces françaises et de l'ONU ont bombardé les lieux sans relâche, causant la mort de nombreuses personnes. « La communauté internationale qui prétend défendre le droit humanitaire n'a jamais montré une seule photo des personnes tuées dans la résidence de Gbagbo », s'est énervé le témoin, « ce n'était pas la peine de tuer des innocents ». « Junior Gbagbo » a ensuite dénoncé le « double-jeu » de la communauté internationale. Celle-ci aurait manipulé des images pour faire croire que les pro-Ouattara avaient eux-mêmes arrêté Laurent Gbagbo. « Je suis peut-être un homme mort mais je suis ici pour dire la vérité », a lancé Jérôme Tarlue Junior, s'insurgeant contre « l’interférence des Blancs » dans les affaires africaines. « Vous n'êtes pas ici pour parler politique », a finalement coupé le président.

---

Les articles écrits à l’occasion du procès relatent les faits tels que décrits par l’accusation, la défense, la représentante des victimes ou les témoins. Ils ne traduisent pas la pensée d’Ivoire Justice et doivent être compris comme des récits d’audiences. Vous pouvez retrouver nos comptes rendus en cliquant ici.

Ivoire Justice est une plateforme créée par le programme « Justice internationale » de l’ONG RNW Media, basée aux Pays-Bas. Nous nous efforçons d’expliquer et donner des informations sur les affaires ivoiriennes à la CPI mais nous n’en sommes en aucun cas rattachés.

Vous avez une question, un commentaire, un message pour nous ? Vous pouvez nous envoyer un courrier électronique à cette adresse : [email protected].

 



 

Réagissez à cet article

Commentaires

Que dit ce milicien libérien de Gbagbo et Blé Goudé (2 ressortissants de Gagnoa) du bombardement de Bouaké et des villes du nord par ceux-ci ?

Salut je suis Mehi jacques elie president des victimes de l'onuci,je peux poster notre annonce sur notre revendication:[email protected] Merci

En tout cas, ce proces va ouvrir les yeux de ceux qui veulent voir. Les autres ne pourront qu'adopter la position de l'autruche pour avancer en continuant a etre les adeptes de l'injustice vehiculee par ce machin CPI avec un pseudo-juge raciste et une procureure negresse de service qui est heureuse de voir des Africains meprises par des caucasiens. Si cette femme gambienne avait il ne serait-ce qu'une once de dignite, elle demissionnerait mais sa panse la tient et c'est dommage pour elle car elle ne fait que se ridiculiser chaque jour qui passe.

A vous entendre, on se rappelle la "galaxie patriotique", auteur de "l'article 25" et autres!

Mais la cpi est a quiter.pour quoi intrrompre le temoin...cè la verité qui revelle la verité.le proçè de Laurent va ouvrir lrs yeux des aficain.

À l'image de ce combattant libérien, le président Gbagbo a conquis les coeurs de la jeunesse africaine.

Facon il aime Gbagbo la pour se battre de maniere desinteressee pour lui, c'est comme cela les dirigeants francais se sont trouves un hors la loi, un arriviste pour parvenir a leurs fins en Cote d'Ivoire pas pour les beaux yeux de ton gourou ADO mais pour les interets egoistes et mesquins des globalistes occidentaux. Vous avez nie le fait que l'armee francaise ait combattu pour vous, aujourd'hui toute honte bue, c'est un autre discours qui prevaut parce que vos mensonges ont ete demontes. Honte a vous suiveurs moutonniers, esclaves du 21eme siecle qui voit en ''l'homme blanc son dieu''. Vous ne les interessez meme pas car tant qu'il y aura des negres de votre trempe qui croiront a la magnanimite des dirigeants francais, l'Afrique aura encore a se faire des soucis. Personne ne viendra developper l'Afrique a notre place, ce continent attend chacun de ses fils et filles meme vous pour son developpement.

C'est vraiment trop honteux pour 1soi-disante puissance militaire de nier ses crimes monstrueux. Pitoyable communauté internationale avec à sa tête la maudite france.

Mais ce monsieur ki accuse la france la oooh lui meme etant liberien fesait koi dans la guerre de la cote d'ivoire? Facon lui il aime gbagbo sait comme sa la france aime ouattara. Chacun a choisi son camp et le plus fort a gagne ou est le probleme?

Où est le problème dis-tu? Que DIEU pardonne ta stupidité, car même étant au 21è siècle, il y a des tarés de ton espèce à raisonner de la sorte. Honte à vous: toi, ta france et ton''roi''.

Vous M'etonnez Monsieur Il Ya Que Des Diables Comme Vous Pour Poser Cette Question Ireflechi

OOOOOOOOOOOh honte aux Saheliens burkinabes,maliens, senegalais qui ont attaque la Cote d'Ivoire un 19 septembre 2002 pour le compte des globalistes occidentaux avec des revendications farfelues. Actuellement, la securite d'ADO la postiche des globalistes est constituee a majorite de Burkinabes, ce qui prouve qu'il n'est vraiment pas un des notres. Nous ne sommes pas a la rue Lepic ici ou on vous a formate pour mentir de maniere ehontee.Les zozos dramaniens sont dures d'oreilles mais je vais reprendre ce que ce Liberien a dit, ils ont ete employes comme mercenaires par les ennemis de la Cote d'Ivoire pour combattre aupres du MPCI, cela vous parle. Lorsqu'ils ont vu ces Saheliens massacrer de maniere cruelle le peuple guere, c'est la qu'ils se sont retournes contre leurs employeurs pour se porter volontaire et combattre aupres des FDS attaquees par une cohorte de rebelles saheliens. Y a-t-il plus cruels que ces Burkinabes qui ont eventre des femmes enceintes, viole des hommes et des femmes(quelle abomination), tues des enfants sut toute l'entendue du territoire national, brules des personnes vives a Anonkoua-Koute et a l'antenne de la RTI a Abobo.La cruaute des rebelles burkinabes, maliens venus du Burkina-Faso n'est plus a demontrer. Vous, Saheliens pouvez chercher a tronquer la verite et mais les faits qui sont tetus vous rattrapperons. Aujourd'hui, en Cote d'Ivoire des personnes innocentes sont tuees de maniere atroces par les microbes, sont-ce les Liberiens qui commettent de telles atrocites? Nous savons que vous Saheliens etes animes d'une mauvaise foi inegalee et cherchez a justifier l'injustifiable, tout cela vous rattrapera car la verite a toujours triomphe sur le mensonge quoi qu'il advienne.

ET SURTOUT QUE LE MONSIEUR QUI PARLE EST LIBERIEN DANS UNE SECURITE PRESIDENTIELLE D'UN PAYS INDEPENDANT,Oooh la France forces etrangeres,et Liberien Forces Nationales de Cote d'Ivoire,quelle contradictions et absurdites, Liberien/Libanais Nationnaux Ivoiriens,France/Nigeria/Burkina/Niger/Ghana...Etrangers,yakoooo c'est dur dur mais ca va aller

écoute bien ce que dit le témoin, il n a jamais dit que la garde rapprochée du président GBAGBO était composé de soldats libériens comme ce fut le cas de la rébellion composée de soldats burkinabés et consorts. Combattre aux côtés des FDS et fait partie de cette armée sont deux choses différentes.

Je vis que beaucoup de personnes ne comprennent rien à ce procès. Ce libérien est en train d'enfoncer les accusés et vous jubilez.Vous avez toujours soutenu que c'est ADO qui avait des étrangers dans ses troupes. Or, ce monsieur est en train de vous dire que non il y'avait des étrangers dans les rangs de M. GBAGBO qui étaient intégrés dans des unités combattantes qui recevaient leurs ordres de la hiérarchie des FDS. Le lien est donc établi que le camp Gbagbo a bien utilisé des mercenaires dont on connais les pratiques cruelles et inhumaines. Je trouve que certaines personnes jubilent trop vite!

Tu as raison on ne doit pas jubilé avant la fin du match. Mais sache que le Président Gbagbo n'est pas accusé pour usage de mercenaires. Mais pour le massacre des femmes lors de marche et du marché d'abobo. La question sur le type d'arme utilisé par la rebellion a son importance. Car si les deux camps avaient le même type d'arme, alors qui a tiré à abobo sur les femmes. Sache aussi que depuis le début du procès la politique de Me Altite est de montrer que la crise ivoirienne est un complot international. Ce procès étant publique et diffusé dans le monde, cela va ternir l'image de la France qui se fait passer pour un pays des droits de l'homme...Blanc. Bref les avocats du président Gbagbo ne poseront jamais des questions qui pourront nuire à leur client. Ils ont deux stratégies: 1- C'est un complot international pour enlever un homme (Gbagbo) qui ne fait l'affaire de la France. 2-Abobo était contrôlé par les rebelles qui avaient le même type d'arme que les FDS. Et il n'y a eu aucune réunion ou Gbgagbo aurait demandé à ces officiers de planifier la morts des opoosants

C est plutôt toi qui n a rien compris sinon aucun des deux accusés n a été cité par ce monsieur comme commanditaire ou patron des mercenaires libérien alors refléchis avant de parler con...

peut être que tu peux nous éclairés vu que nous ne comprenions rien à ce procès. Es ce que le témoin t a dit qu'il a été recruté par le président GBAGBO pour combattre? le témoin a dit qu'il combattait aux côtés des forces de défense et de sécurité et non qu'il était intégré dans une unité de l'armée. Es ce qu'il n'y avait pas de soldats d'autres nationalités qui combattaient pour la rébellion? Même si c'était vrai que l'armée ivoirienne a utilisé des combattants non ivoiriens, ce n'était pas pour massacrer la population mais plutôt pour les aider à sécuriser le territoire qui était attaqué par une bande armée.

Quand on a vraiment rien à dire comme tu l'as fait, on ferme tout simplement son groin.

Quand cela n'est pas dit comme ce laquais de Soros,raciste et Pseudo-juge Cueno voudrait entendre, c'est faire de la politique. Hors, nous ne sommes pas dans une cour de justice mais plutot politique et ce monsieur ne fait que raconter ce qu'il a vecu et l'implication directe de la confrerie internationale dans une affaire africaine. Tout sera devoile et leur propres temoins a charge deviendront des temoins a decharge.La confusion sera leur partage jusqu'a la fin de ce simulacre de proces. Allons seulement, le temps est un Autre Nom de DIEU dixit le President aime des Eburneens Koudou Gbagbo.

Comment une procureure peut elle envoyer des témoins soit disant témoins à un procès aussi important pour avoir honte devant le monde entier pour accuser dramane et la communauté internationale et ce procès continue encore. ho ho honte à vous .Gbagbo junior dit tout ce que tu as vu qu'on nous a caché.

Vraiment, libéré ces monsieur svp. Et enfermé les vrais coupable svp.... Et n commencent pas le nain Sarkozy et inhumains de Dramane et çà bande d'arrogant # en plus de cela des innocents sont enfermés en cote d'Ivoire.... Hummmm